Chronique de l’objet

“A l’arrivée de l’automne comme du printemps, nous ressentons souvent le besoin de faire le tri dans les objets, de ranger, de faire un bon nettoyage de la maison comme du corps ! Je vais donc vous présenter ma chronique de l’objet.

Dans ces moments-là, je vais à l’encontre de ma fâcheuse tendance à amasser tout et n’importe quoi. Je me questionne souvent ce qu’il en est de mon rapport avec ces objets… 

Le rapport à l’objet : une philosophie

L’autre jour, par chance ! Je suis tombée sur un podcast génial d’une super émission (LSD) sur France Culture intitulée : « Ce qui reste : Vie et mort des objets » c’était PA-SSIO-NNANT ! Dans ces moments-là, mon esprit se met à foisonner, il part dans tous les sens, c’est très stimulant. J’ai eu envie de partager ce moment avec vous. 

Au commencement, on peut dire que les objets avaient tous une utilité. On fabriquait un objet parce qu’on en avait BESOIN POUR VIVRE. Cependant, très vite, on retrouve dès la préhistoire, des « objets-pour-être-beau » colliers, bracelets, peignes etc. que nous retrouvons à chaque étape de l’histoire de l’être humain. Ensuite, on rencontre les « objets-rituels » nécessaires selon notre religion ou nos croyances. On a aussi les « objets-coutumes » comme par exemple les petits couverts en argent gravées offerts pour les naissances, les « objets-culturels » comme les livres ou les instruments de musique, les « objets-récréatifs » pour s’amuser. Aujourd’hui, nous sommes aussi entourés d’« objets-déco », il y en a pour tous les goûts et pour toutes les pièces de la maison et du jardin. Je dois certainement en oublier !

Ces objets qui nous entourent nous apportent un sentiment de sécurité. D’ailleurs, lorsque l’on arrive dans un endroit sans objet, on peut avoir une sensation de vide. On dit parfois que l’espace est froid ou « sans vie ». Qu’on s’entende bien ! Cela n’empêche pas d’être minimaliste et de vivre dans un lieu harmonieux et agréable ! 

les cousardes
Cécile des cousardes vous présente la chronique de l’objet
chronique de l'objet
Cécile des couardes vous présente la chronique de l’objet

Chacun crée l’espace dans lequel il vit pour s’y sentir bien. Que l’on remplisse l’espace en amassant les objets, que l’on donne une place précise à chacun d’eux ou que l’on aime la liberté des grands-espaces, on raconte quelque chose de NOUS et de notre rapport au monde.

Des objets de toutes époques nous entourent, de toutes tailles, de toutes matières… Ceux qui prennent de la valeur avec le temps et ceux qui en perdent… Associés les uns aux autres, s’ils pouvaient parler, ils révéleraient tout de notre vie ! 

Les objets du passé de Cécile

Lorsque j’étais enfant, je m’inventais tout un tas « d’objets porte-bonheurs », il y avait ceux que je pouvais transporter partout (un porte-clé d’une marque de voiture donné par mon père), ceux qui trônaient dans ma chambre comme des trophées (je pense à trois petits chiots en porcelaine prenant des poses différentes, précieux à mon cœur) ou ceux que je cachais jalousement pour être sûre qu’ils ne tombent pas dans les mains espiègles de ma sœur (mon journal intime, un collier fantaisie offert par ma mère). J’ai toujours donné aux objets un certain pouvoir…

Pour conclure, les objets acquièrent ainsi la valeur qu’ON leur donne, qu’elle soit sentimentale ou exclusivement pratique.

Chacun d’entre nous entretient un lien personnel aux objets. Certains les considèrent comme une partie d’eux-mêmes, témoins de leur vie passée et présente. D’autres ne sont pas matérialistes et leur accordent peu d’importance. En revanche, nul ne peut omettre que ces objets, pour la plupart, nous survivent… Alors, pourrait-on imaginer que le rapport que l’on entretient avec eux nous parle, en définitive, de notre propre rapport à la vie ?… La question mérite d’être pensée ! 

Aujourd’hui, avec Sylvie, ma collègue de travail, nous récupérons et amassons tous les textiles possibles et imaginables pour leur offrir une seconde vie. Notre moment de prédilection est lorsqu’on nous révèle l’histoire de ces tissus, c’est fascinant, cela leur donne une valeur toute particulière à nos yeux et le sens de notre travail s’en trouve décuplé ! 

les cousardes
créations des cousardes du village des talents créatifs

Récemment, on nous a amené un tissu tout spécial pour le transformer. Il avait été emporté dans l’unique valise que ses propriétaires transportaient en fuyant la Pologne durant la Seconde Guerre mondiale… Vous imaginez l’œil que nous portions alors sur cette merveille et notre soin donné à l’ouvrage ! 

Si, vous aussi, vous souhaitez perpétuer l’histoire d’un de vos textiles de famille, ça sera un honneur pour nous de nous en occuper ! Chez Les Cousardes, on fait dans la dentelle, et pas seulement… à bon entendeur !

Retrouvez-nous à La petite boutique au 1er étage du Village”.

Cécile – Les Cousardes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *